650

Casque Kwele africain porte-bonheur, d’origine du Gabon possédant 4 faces. Ce masque de cérémonie d’art africain utilisé à la naissance de jumeaux.

Description

Ce casque Kwele africain d'origine du Gabonaise a pour particularité 4 faces. Ce masque africain était porté au cours des cérémonies d'initiation du culte et à la naissance des jumeaux il était accroché dans les maisons pour protéger des mauvais esprits et activer les forces bénéfiques.

Caractéristiques

Le casque Kwele est une conception artisanale sculptée en bois peint, pigments et kaolin.

Casque africain Kwele multi-faces vendu 650 €,

Hauteur 38 cm

Socle inclus

Référence 23110 provenance collection privée BijouxNoir

Descriptif masque africain Kwele utilisé lors des cérémonies pour la naissance de jumeaux

Les masques kwele proviennent des forêts tropicales du Gabon sur la côte ouest de l’Afrique. Ces pièces représentent généralement des animaux dont la viande a été consommée à la fin du rituel de la « beete ». Les visages des Kwele sont généralement peints avec du kaolin blanc. C’est un pigment que les Kwele associent à la lumière et à l’illumination, les deux facteurs fondamentaux de leur lutte permanente contre le mal.

Le peuple Kwele occupent une grande région forestière aux confins du Gabon, du Cameroun et de la République du Congo. Leurs communautés villageoises comprenaient un certain nombre de lignées et étaient gouvernées de la manière typique des tribus de la région, c’est-à-dire de manière diffuse et plus ou moins informelle. Les Kwele croient que les morts inexpliquées, la variole épidémique et d’autres menaces mystérieuses pour le bien-être des individus ou de la communauté sont causées par la sorcellerie. On pense que les sorcières vivent dans des hôtes masculins ou féminins, d’où elles sortent la nuit pour se nourrir des organes internes de leurs victimes. L’antidote à la sorcellerie est un rituel qui comprend des danses avec des masques. Ce culte renforce l’unité et maintient l’ordre social.

Le rituel qui dure une semaine s’ouvrirait avec le départ des hommes dans la forêt pour chasser les antilopes, dont la chair, assaisonnée de médicaments, devait être mangée lors d’un repas au cours de la cérémonie de clôture. Pendant la chasse, les femmes et les enfants restent dans le village ; après un ou deux jours, les masques quittaient la forêt, entraient dans le village et invitaient les gens à venir danser et chanter.

Le masque présente une surface plane et a souvent un visage en forme de cœur blanchi, un nez triangulaire, des yeux de grain de café et une bouche petite ou inexistante. Il est accroché dans les maisons Kwele et également porté lors des danses liées aux cérémonies d’initiation de présentation des jumeaux. Leur fonction était de « réchauffer » l’atmosphère du village afin d’activer les forces bénéfiques.

Plus tard, un autre masque, le gon (gorille), annoncé par des cloches, fera son entrée ; les femmes enferment immédiatement tous les animaux domestiques à l’intérieur des huttes et tout le monde commence à chercher un abri. Gon est un masque dangereux. Le porteur du masque gon est nu, contrairement à la personne vêtue du masque kwele, qui porte une large jupe faite à partir de fibres. Le masque gon est fabriqué à l’image d’un crâne de gorille, un animal redouté par-dessus tout par les Kwele en raison de la destruction fréquente de leurs récoltes. Certains autres masques ont des attributs d’animaux ou d’oiseaux évidents et portent leur nom. D’autres sont un peu plus énigmatiques dans leur identité. Des sculptures stylisées aux traits faciaux similaires sont également produites. À l’intérieur des huttes Kwele se trouvent de nombreuses plaques sculptées de ce type.

Informations complémentaires

Poids 3.23 kg
Dimensions 19 × 38 cm

Les commentaires sont fermés.